Sainte Hildegarde de Bingen - Scivias

22 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1) Fin

Méditation sur l’amour du monde céleste

Tant de gens se plaignent aujourd’hui d’un manque d’amour et désirent être mieux aimés ! Leur souhait est toutefois impropre, parce que procédant d’une mauvaise compréhension du mot amour. L’amour est désintéressé par nature, de sorte que quiconque veut être aimé a peu de chance de l’être, parce que l’amour s’éclipse dès qu’on cherche à s’en emparer. Le rabbin Harold Kushner a dit : « Personne ne peut obliger quiconque à aimer l’autre. Mais chacun peut offrir à l’autre son amour. ». Plus nous donnons, et plus nous recevons en échange. L’amour céleste est le résultat de relations harmonieuses avec Dieu et notre prochain. L’amour du monde cherche à s’emparer des biens terrestres, mais ces biens lui échappent à l’instant d’usurpation. Comme nous l’avons vu, Hildegarde illustre ce principe avec l’image d’un homme qui, du fond de son avidité, cherche à cueillir les fruits d’un pommier et qui se trouve précipité sans délai dans la détresse, avec la chute de l’arbre, pour avoir voulu cueillir ces fruits par la force.

L’amour pour les choses de ce monde barre la voie d’accès au monde invisible, le royaume spirituel. Comme l’a si bien exprimé Antoine de Saint-Exupéry dans « Le petit Prince » : « Voici mon secret (dit le renard) : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.90

Posté par inti67 à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1)

Guérison de l’amour pour les choses de ce monde

Toutes les maladies sont guérissables mais, pour commencer, il faut en décrypter les symptômes, et plus exactement leurs messages. Les personnes souffrant de troubles oculaires ou d’arthrite pourraient s’interroger sur les causes profondes de tels maux, notamment à l’occasion d’un jeûne. Elles pourraient cultiver l’amour du monde invisible pendant plusieurs jours en ne se sustentant que de tisane de fenouil et de pain. Et, de plus, porter des vêtements en fibre rugueuse et s’entretenir avec un ami sur l’amour de Dieu. Des remèdes comme la marche et le sauna leur sont également recommandés. Il serait également bon que ces personnes lisent et méditent les passages suivants de la Bible : Psaume 118, 18 ; 120, 1 ; 1 Corinthiens 2, 9-10 ; 2 Corinthiens 4, 16-18.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.90

Posté par inti67 à 08:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1)

Correspondances physiologiques

L’amour pour les choses de ce monde, l’éclipse spirituelle qu’il entraîne, est en relation avec la pathologie du système nerveux dans la région des vertèbres cervicales, et plus particulièrement de la vertèbre atlas (C1). La vertèbre atlas est responsable de l’organe de la vue, des muscles faciaux et de la circulation du sang dans le cœur et les bras.

Selon Hildegarde, l’amour pour le monde matériel engendre des affections ou des douleurs comme l’arthrite, la fièvre d’origine rhumatismale, la myalgie et la névrite. Elle écrit à ce sujet : « Je vis deux feux, l’un dont la flamme était d’un bleu froid, l’autre dont la flamme était d’un rouge rubis, et dans ces feux se tortillaient d’innombrables vers. Certains d’entre eux mordaient de leurs dents aussi acérées que des couteaux. Dans ces flammes brûlaient bon nombre de gens qui avaient idolâtré le monde matériel. La plupart d’entre eux se consumaient dans les flammes rouges de l’infection pour avoir énormément cherché à acquérir de l’argent et des bien matériels durant leur existence terrestre.

D’autres, dont l’inclination pour le monde des affaires était restée modérée souffraient moins. Mais les hypocrites, qui avaient condamné publiquement les forfaits commis en secret, souffraient atrocement des flammes et des morsures. D’autres encore, qui n’avaient que peu endommagé le monde, souffraient de piqûres d’insectes à titre temporaire, et souffriront ainsi jusqu’à ce qu’ils aient appris la leçon. »

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.89

Posté par inti67 à 08:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1)

Précieuses paroles d’amour du monde céleste 2

Le monde ne peut nous offrir que la richesse temporaire, alors que Dieu nous propose un trésor éternel. Le plus beau cadeau que nous a fait le Dieu invisible est son Fils, l’image visible du Père. L’amour céleste prend forme lorsque vous distinguez cette image en vous-même et dans votre prochain. Hildegarde dit : « O douce vie, et doux baiser de la vie éternelle, et bienheureuse félicité, source de récompenses éternelles. Vous êtes si délectables que je trouve immanquablement le plein contentement dans la joie intérieure qui est en mon Dieu. » (SC III, vision III, 1)

Nous vivons tous de l’énergie de vie de Dieu, qui est éternel, sans fin, omnipotent et sustentateur. Il nous aime, vous et moi, comme l’amant son aimée. Il nous a dotés de sa propre sagesse, en sorte que nous puissions recevoir le don de l’intelligence et de la compréhension, et le pouvoir de la pensée positive. Le positif attire le positif ; l’amour attire l’amour ! Dieu est notre partenaire, et lorsque nous désirons le bien, il nous est donné. Lorsque nous désirons le mal, le malin nous envoie la destruction et la ruine, conformément à la loi cosmique de l’attirance réciproque des semblables : lorsque nous commettons le bien, ce bien revient à nous, il en est de même pour le mal.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.88-89

Posté par inti67 à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1)

Précieuses paroles d’amour du monde céleste 1

L’amour céleste rétorque à l’amour des choses de ce monde : « Il faut être fou pour quérir la vie dans un petit tas de cendres. La vraie vie est toujours jeune et belle, jamais elle ne prend de l’âge. Pourquoi ne cherches-tu pas la vraie vie, dont la beauté ne flétrit pas chez les jeunes ni ne disparaît avec le vieillissement, durant les années de vie les plus significatives et les plus délicieuses ? Tu as besoin de lumière et de clarté ! Lorsque ta vision s’éclaircira, tu t’apercevras combien tu passais ta vie à pelleter dans le noir comme un ver de terre. La vie est courte, de bout en bout, et en fin de compte tu sécheras aussi vite que du foin. Tu disparaîtras dans les profondeurs avec toutes tes possessions discutables."

 « Je suis rempli d’harmonie céleste et j’aime la vraie vie. Je m’en prends à tous ceux qui la détruisent. Je réfléchis toute espèce de vertu, en sorte que l’être de foi puisse s’éveiller et devenir visible. Tu ne suis que de fausses pistes et l’œuvre de tes mains te voue à l’enfer. » (LVM I, 11)

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.88

Posté par inti67 à 10:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 juin 2017

Lamier blanc (Lamium album)

« Le lamier blanc est chaud. Celui qui en mange rit volontiers car sa chaleur touche la rate et du même coup, le cœur est dans la joie. » Hildegarde

Lorsque la rate élabore plus de défenses immunitaires, le cœur en est fortifié et la tristesse diminue.

Indications thérapeutiques : tristesse, morosité.

Mode d’emploi : les feuilles du lamier finement hachées s’utilisent dans les potages de printemps et les soupes de légumes, les sauces aux herbes et les salades.

François-Xavier de Guibert, L’art de Guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen, recettes, traitements et régimes, Paris, 2007, Groupe Artège, p. 124

lamier-blanc

Posté par inti67 à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juin 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu 1)

Paroles nocives d’amour pour les choses de ce monde 2

La preuve de l’existence d’une justice universelle est visible dans le fait que les riches de ce monde dépensent des sommes d’argent colossales pour le traitement de maladies dites incurables, toutes attribuables à la même cause, à savoir la démesure : un mode de vie aberrant et la surabondance de nourriture. Quatre-vingts pour cent de ces maladies pourraient être évités, il suffirait que ceux qui en sont affligés retrouvent un mode de vie sensé et une alimentation saine. De telles maladies étaient inexistantes chez les populations primitives. Pour citer un exemple, l’argent et les maladies incurables étaient inconnus des aborigènes d’Australie avant l’arrivée de l’homme blanc.

Le souci d’accumuler des bien matériels conduit forcément à des crises, à la fois personnelles et sociales, dont les symptômes sont l’auto-agression, le suicide, l’intransigeance économique, la violence, etc. Le matérialisme forcené, homme ou femme, ne se réveille généralement qu’avec l’effondrement de son monde, parfois provoqué par la maladie, d’autres fois par la perte des possessions. Aujourd’hui, la plupart des gens semblent préférer apprendre par la souffrance et la ruine que par la sagesse, l’intelligence spirituelle, au moyen de l’amour céleste. Les paroles d’or ci-après sont capables de transmuer l’amour pour le monde matériel en prospérité céleste, autrement dit d’apporter la guérison.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.87-88

Posté par inti67 à 10:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu n°1)

Paroles nocives d’amour pour les choses de ce monde 1

L’amour des choses de ce monde s’exprime en ces termes : « Toutes les ressources de ce monde sont à moi. Aussi n’y a-t-il pour moi aucune raison de déclin. Je suis beau et au meilleur de ma forme. Devrais-je courir de-ci de-là comme un vieux bouffon, alors que je suis prospère, à l’apogée de ma jeunesse ? Devrais-je fermer les yeux à notre monde, pourtant si fascinant ? Je jouirai de sa beauté tant que je pourrai ; je m’y accrocherai avec délice. Je ne reconnais que le monde autour de moi et aucune autre vie. » (LVM 1, 10)

La vision d’Hildegarde de l’homme nu et de l’arbre qui s’abat nous fait penser à bien des gens de notre époque, à leur avidité, leur insatiable désir d’argent. L’argent, il est vrai, permet de tout acheter : les biens matériels, la jouissance sexuelle, la puissance et la science. Celui qui aime l’argent et les possessions est comme ivre du monde matériel. Sa soif est insatiable, jamais étanchée. Chez lui les désirs se succèdent sans interruption. Il s’empare avec frénésie des fruits de ce monde, mais les détruit à l’instant même où il satisfait ses désirs. Le pommier s’abat, et il tombe avec lui, pour finalement se retrouver dans les ténèbres. La chute de celui qui aime le monde matériel entraîne toutes sortes de maux : ruine, destruction, perte d’énergie et, pour finir, la maladie et la mort.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.86-87

Posté par inti67 à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mai 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu n°1)

Représentation de l’amour pour les choses de ce monde

Hildegarde voit l’amour pour les choses de ce monde sous les traits d’un homme nu dans un arbre, la main posée sur des fleurs de pommier. Or, à l’instant même où il les cueille, l’arbre s’abat et notre homme tombe à terre avec lui.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.86

Posté par inti67 à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2017

Amour pour les choses de ce monde/amour du monde céleste (vice et vertu n°1)

Voir avec les yeux intérieurs, entendre avec les oreilles de l’âme 2

Dans le prologue du « Livre des œuvres divines », Hildegarde raconte également les circonstances dans lesquelles Dieu se manifesta à ses yeux et à ses oreilles. Elle dit : « Cela se passait en l’an 1163 de l’incarnation de notre Seigneur, durant le schisme avec Rome sous l’empereur Frédéric à la barbe rousse. Une voix retentit, venue du ciel, qui s’adressa à moi en ces termes : ‘ Transmets ce que tu vois avec les yeux intérieurs et entends avec les oreilles de ton esprit pour le bienfait de l’humanité… Ecris cela non pas suivant l’inclination de ton cœur, mais conformément à ma volonté… Cette vison n’est pas de ton invention, ni conçue par quelque autre personne humaine. C’est moi qui ai décidé de tout cela dès le commencement du monde… ‘ Tout ce que j’avais écrit lors de mes visions antérieures et compris plus tard, je reconnus que c’était sous l’influence des mystères célestes. Mon corps était bien réveillé et mon esprit n’était pas dérangé. Je vis toutes ces choses avec les yeux intérieurs et les entendis avec les oreilles de l’esprit. J’eus ma vision non pas pendant le sommeil ou à la faveur d’une extase. Elle me fut donnée par les secrets célestes, sans la moindre influence humaine. »

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.86

 

Hildegardevision2

Posté par inti67 à 17:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]