31 janvier 2017

Les forces de guérison angéliques (Scivias I, vision 6)

En cas de maladie, nous pouvons également rechercher l’amitié des anges ! Les anges peuvent être de vrais amis pour nous, et nous être d’un inestimable secours en toutes nos affaires. Notre conception s’est produite sous la protection des anges. Chez Hildegarde, les légions divines, nos forces protectrices, portent le nom de militia Dei (milice de Dieu). Elles viennent à notre secours dans les moments de danger et nous aident à prendre les bonnes décisions, tant vis-à-vis de nous-mêmes que du monde extérieur. Wighard STREHLOW,... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 16:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2017

Guérir par le recours à la puissance de Dieu

Hildegarde écrit à ce propos : « C’est pourquoi, réfléchissez et méditez sur votre maladie, et consultez un médecin avant qu’il soit trop tard. Il vous donnera un remède amer pour vous guérir, après avoir identifié votre maladie. Il sondera votre intention de retourner à Dieu et de changer de mode de vie, en sorte de pouvoir déterminer si elle est réelle, ou bien labile et instable à la manière d’un souffle de vent. Après une telle exploration, il vous donnera le vin du repentir et de la contrition en sorte que puisse se... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2017

La guérison est un processus à dimension multiples

L’être humain est multidimensionnel par nature. Il s’agit de le reconnaître et d’utiliser les forces divino-cosmiques, l’énergie de vie inhérente à toute créature, pour prévenir et guérir les maladies. La médecine conventionnelle ne tient aucun compte de la nature spirituelle de l’être humain, ni de ses liens bioénergétiques avec l’univers. Or la réalité de ceux-ci constitue un principe clef de la médecine hildegardienne. Selon Hildegarde, la guérison d’une maladie suppose en effet une guérison simultanée des différents plans... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 janvier 2017

Clous de girofle (Caryophyllus aromaticus)

« Lorsque la goutte commence à gagner quelqu’un et que la personne mange souvent des clous de girofle, la subtilité de cette épice passe dans sa moelle (glandes surrénales) et empêche la goutte de se développer… celui qui a mal à la tête au point que sa tête est lourde, comme s’il était devenu sourd, qu’il mange souvent des clous de girofle et l’oppression de sa tête diminuera… Les viscères inférieurs, chez un malade, commencent parfois à enfler et il arrive souvent que ce gonflement dégénère en hydropisie. Quand l’hydropisie... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 janvier 2017

Cannelle (Cinnamomum ceylanicum)

« Celui qui mange souvent fait disparaître en lui les humeurs viciées et en fait naître de bonnes. Si quelqu’un souffre d’une paralysie d’origine goutteuse (la vraie goutte !) et s’il est atteint de fièvres quotidiennes, tierces ou quartes (paludisme !) qu’il prenne un récipient en acier et qu’il verse du bon vin, et ajoute des feuilles et du bois de cannelier, encore pleins de sève. Puis il fera bouillir sur le feu, qu’il boive souvent de ce vin chaud et il guérira. » (Hildegarde) Indications... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 16:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2017

La redécouverte par Jung d’un principe de la médecine hildegardienne

Jung, l’illustre psychothérapeute suisse, a redécouvert, à son insu, un principe clef de la médecine hildegardienne. Et cela par les archétypes, les images primordiales inhérentes à l’âme humaine, qui lui servent en quelque sorte de grenier d’informations. Selon Jung, en effet, toute force positive dans la psyché a sa contrepartie négative : le bien s’oppose au mal, l’amour à la haine, l’espoir au désespoir. Le mal montre le bien, la maladie peut conduire à la santé et l’ennemi devenir un ami. Il s’agit de réaliser l’équilibre... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 janvier 2017

L’auto-analyse

Pour évaluer vos propres facteurs de risque d’ordre psychosomatique, vous pourriez consulter la liste des vertus et des vices et vous poser un certain nombre de questions, vous dire par exemple : « Ai-je un amour immodéré pour les biens de ce monde, suis-je pétulant, dur de cœur, résigné, prompt à la rage, etc. ? Y a-t-il en moi une insuffisance d’amour, de discipline, de pudeur, de compassion, de foi en Dieu ou de patience ? » Tout être humain ressent un certain nombre de besoins, sans quoi il ne serait tout... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2017

La vie relationnelle comme facteur de santé

La qualité de notre vie dépend également beaucoup de la qualité de nos relations, avec les autres, la nature et Dieu. Nous sommes tous sensibles aux amitiés solides, aux rapports familiaux harmonieux et aspirons à la sainte adoration du Divin, ne serait-ce qu’inconsciemment. Le manque d’affection durant la gestation et l’enfance laisse immanquablement des traces dans le spychisme. Un tiers d’Occidentaux souffrent d’incapacité d’aimer. Et ce problème se traduit le plus souvent par un mode de vie chaotique, l’effronterie et... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2017

La psychothérapeutique hildegardienne : une spiritualité d’équilibre des contraires 3

Hildegarde a décrit l’homme cosmique dans l’âme duquel les trente-cinq vertus, ou énergies spirituelles, oeuvrent en parfaite harmonie, de même que les interconnexions de l’âme et du corps via le système nerveux central. La boîte crânienne et les vertèbres assurent la cohésion du système nerveux. De là les nerfs spinaux se déploient dans les différents segments du corps humain, pour les activer et les stimuler via les organes internes. Et inversement : les organes internes émettent leurs propres signaux via les nerfs jusqu’au... [Lire la suite]
Posté par inti67 à 15:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]