Voir avec les yeux intérieurs, entendre avec les oreilles de l’âme 2

Dans le prologue du « Livre des œuvres divines », Hildegarde raconte également les circonstances dans lesquelles Dieu se manifesta à ses yeux et à ses oreilles. Elle dit : « Cela se passait en l’an 1163 de l’incarnation de notre Seigneur, durant le schisme avec Rome sous l’empereur Frédéric à la barbe rousse. Une voix retentit, venue du ciel, qui s’adressa à moi en ces termes : ‘ Transmets ce que tu vois avec les yeux intérieurs et entends avec les oreilles de ton esprit pour le bienfait de l’humanité… Ecris cela non pas suivant l’inclination de ton cœur, mais conformément à ma volonté… Cette vison n’est pas de ton invention, ni conçue par quelque autre personne humaine. C’est moi qui ai décidé de tout cela dès le commencement du monde… ‘ Tout ce que j’avais écrit lors de mes visions antérieures et compris plus tard, je reconnus que c’était sous l’influence des mystères célestes. Mon corps était bien réveillé et mon esprit n’était pas dérangé. Je vis toutes ces choses avec les yeux intérieurs et les entendis avec les oreilles de l’esprit. J’eus ma vision non pas pendant le sommeil ou à la faveur d’une extase. Elle me fut donnée par les secrets célestes, sans la moindre influence humaine. »

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.86

 

Hildegardevision2