Paroles nocives de dureté de cœur

La dureté de cœur s’exprime en ces termes : « Je n’ai vraiment rien fait et donc ne porte aucune responsabilité. Tout m’est complètement indifférent. Pourquoi d’ailleurs me tourmenterais-je ? Personne ne prête attention à moi, aussi ne prendrai-je la défense de quiconque ? Il appartient à Dieu de prendre soin de la création, puisqu’elle est issue de ses mains. Si je m’aventurais à prendre soin de quelqu’un, je n’en retirerais aucun bénéfice. Et si je faisais preuve de compassion devant chaque problème dans le monde, je n’aurais plus le temps de m’occuper de mes propres affaires. Je ne connais donc que moi-même, et chacun devrait en faire autant : ne se soucier que de lui-même. » (LVM I, 16)

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.103-104.