Les sept actes de compassion (lex divina) 1

Vivre selon les principes de la sagesse universelle, c’est-à-dire conformément aux sept lois de la compassion (lex divina), signifie vivre dans l’intégrité et l’harmonie, tant avec soi-même qu’avec autrui, autrement dits sur un plan d’énergie supérieure où notre vie se nourrit des choses divines. Les sept actes de compassion nous procurent les lignes spirituelles de vie qui font de nous des êtres humains à part entière. Si nous respectons ces règles, nous resterons en bonne santé. Cela signifie manger une nourriture saine, boire une eau saine, vivre dans un environnement sain et s’ouvrir aux dons spirituels de nos propres profondeurs. Celui qui refuse de telles lignes de conduite reste attaché aux choses matérielles. Or la vie nous apprend que l’argent et les biens matériels ne peuvent nous procurer la joie intérieure, car celle-ci procède de l’amour véritable, de l’amitié véritable, de liens familiaux sincères, fondés sur l’amour. Ces richesses nous sont données lorsque nous nous remémorons et pratiquons sans relâche les sept lois de la compassion, ce qui signifie :

1. Une nourriture naturelle, non pas fonctionnelle ou génétiquement modifiée.

Donnerez-vous du poison à celui qui a faim ? Lorsque des vaches sont nourries de farines animales, elles contractent la maladie de la « vache folle ». Appréciez-vous la nourriture de type fast-food, dénaturée, qui déclenche des allergies ? le bœuf et le veau nourris aux hormones qui déclenchent des cancers (sein, côlon, prostate ?) Est-ce vraiment nécessaire de produire des légumes génétiquement manipulés, qui détruisent la flore intestinale et provoquent des allergies ?

Les aliments naturels renferment tous les nutriments nécessaires à l’entretien du corps. L’une des céréales les plus anciennes est l’épeautre ; c’était déjà la nourriture de base dans l’Orient ancien et l’Egypte antique, ainsi que dans l’Europe médiévale. L’épeautre prévient, voire guérit les maladies dites de civilisation. L’ancienne variété d’épeautre, non hybride, nous fournit les protéines, les hydrates de carbone, les corps gras, les minéraux et les oligo-éléments quotidiennement nécessaires à notre corps. Du fait de sa haute teneur en minéraux, l’épeautre neutralise l’excès d’acidité dû à la bile noire, responsable des maladies auto-immunes.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.107-108.