Les sept actes de compassion (lex divina) 3

3.Des vêtements en fibres naturelles, non pas synthétiques ou traitées avec des produits chimiques nocifs.

La peau capte l’énergie cosmique provenant du soleil, de la lune et des étoiles. La vie serait impossible sans l’énergie cosmique. Les vêtements traditionnels en peau, le cuir, la soie et la laine, outre qu’ils protègent du froid et de la chaleur, relient également au cosmos. Les Amérindiens sont convaincus que le pouvoir d’animaux comme l’ours ou le buffle se communique à ceux qui se vêtent de leur peau. Les vêtements deviennent ainsi une sorte de seconde peau. Traditionnellement, l’on portait aussi des vêtements en fibres d’origine végétale, comme le lin ou le chanvre (Cannabis sativa), qui sont extrêmement saines. Christophe Colomb n’aurait sans doute jamais découvert l’Amérique sans les voiles en chanvre, capables d’absorber jusqu’à trente pour cent d’humidité. Les premiers jeans étaient fabriqués avec du chanvre, mais l’industrie du coton a avancé l’argument selon lequel le chanvre était une drogue pour psychotiques ! Des fabricants avisés refont maintenant des vêtements en chanvre, leur argument étant qu’il s’agit d’une fibre dont l’avantage est de limiter la transpiration. La tributylinne (TBT), substance chimique employée pour la fabrication de tricots de sport, est un poison dangereux, car elle brûle la peau et provoque des allergies dermiques. Des colorants comme l’azoïde s’altèrent avec la transpiration et se transforment en acides aminés cancérigènes. Les textiles provenant des pays du tiers-monde contiennent des traces de substances agrochimiques comme le DDT ou le lindane, de même que des agents de conservation comme les phénols de pentachlore. Toutes ces substances chimiques sont très toxiques, elles affaiblissent le système immunitaire, provoquent des allergies, voire des cancers. Nous recommandons les textiles naturels, issus de plantes cultivées selon les méthodes biologiques, et les cuirs sans additifs toxiques.

 Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.108-109.