Les sept actes de compassion (lex divina) 7

Enterrer humeurs morbides, obsessions et dépendances.

Les cadavres sont toxiques, il faut donc les enterrer, afin qu’une nouvelle vie puisse naître. Certaines tribus de Nouvelle-Guinée, qui avaient pour coutume de manger leurs morts, contractaient « kuru », une maladie cérébrale qu’on pourrait rapprocher de la maladie de la vache folle, dont ils mourraient. Lorsque, sur le conseil de Carolus Gadjusek, prix Nobel, qui découvrit le germe responsable de leur maladie, une sorte de prion, ils s’arrêtèrent de manger leurs morts, la maladie disparut. Mais une nouvelle vie peur aussi commencer lorsque cèdent les habitudes morbides, une fois qu’elles sont enterrées. L’énergie de la renaissance offre à chaque être humain un nouveau départ, un nouveau commencement –rôle que peut également jouer la maladie. La pauvreté de la renaissance nous ouvre les yeux sur la véritable abondance. L’esclavage devient liberté. L’envers de la pièce ayant pour nom obsession nous fait découvrir la discipline et la maîtrise de soi.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p.111.