« L’ortie n’est jamais bonne à manger crue. Mais lorsqu’elle sort fraîchement de terre, elle est bonne à manger une fois cuite, parce qu’elle purifie l’estomac (intestin) et en chasse les glaires. Et toute espèce d’ortie parvient à ce résultat. » Hildegarde

Indications thérapeutiques : encombrement gastrique (gastrite), en cure, pour purifier le sang (printemps).

Mode d’emploi : lorsque l’on a des orties fraîches, de jeunes pousses, on peut même en préparer un plat de légumes (comme les épinards). Le texte de Hildegarde permet aussi de penser que l’on peut ajouter des orties (poudre) à d’autres aliments –mais toujours cuites, cuites en même temps que les aliments. Comme la plupart des orties sont encore jeunes et tendres à la Semaine Sainte –les plus vieilles ne sont pas mangeables à cause de leurs tiges filandreuses – une cure de printemps (cure de nettoyage du sang) avec une omelette aux orties et aux épinards tombe à point le Jeudi Saint et ne peut être que vivement recommandée.

Localisation : les orties poussent sur les berges des rivières, au bord des chemins et dans les jardins.

Récolte : en mai/juin.

François-Xavier de Guibert, L’art de Guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen, recettes, traitements et régimes, Paris, 2007, Groupe Artège, p. 128-129.

ortie