Paroles curatives de discrétion

La discrétion, ou modération, est une force puissante pour contrer l’esprit révolutionnaire. Bien des gens ont changé fondamentalement en accomplissant toutes choses dans un esprit de modération. La modération rétorque ceci au loup vorace : « Tu es rusé et trompeur. Tes tromperies cherchent à tuer le sens commun, et ta fourberie défait l’harmonie de la vie. Tu poursuis les extrêmes à la manière d’un chien non dressé ou d’une vache folle. 

« Dans la création de Dieu chaque chose tient sa juste place. Les étoiles scintillent de la lumière de la lune ; la lune brille de la lumière du soleil. Toutes choses sont liées et soumises à une unité supérieure, rien ne vit au-delà de ses propres limites. Tu n’as pas de respect envers Dieu ; tu piétines et détruit la création de Dieu. Tu gâches ta vie. 

« Je respecte les pérégrinations de la lune et les orbites du soleil ; j’explore les lois naturelles et je mûris en temps opportun. Je respecte l’esprit de charité et de compassion. Je suis une princesse au palais du Roi et brille comme la lumière du soleil. J’explore tous ses mystères et j’admire son ordre. Ton excès de complaisance te blesse et tu es devenu la proie des vers malveillants (d’une infection virale). » (LVM II, 22). 

Hildegarde explique les lois afférentes au centre d’or, ainsi que leur mise en application dans la vie quotidienne, et pour cela recourt à l’analogie :

  • La discrétion représente l’équilibre entre la vie active et la vie contemplative, comme l’illustre si bien la règle bénédictine « ora et labora ».A celui qui travaille dur il est conseillé de prier le même nombre d’heures. Cette règle est d’une extrême importance pour tout mode de vie créateur. 
  • La création est comparable à la pierre d’angle, c’est-à-dire Jésus, qui est le fondement de toute vie. Ce fondement, Hildegarde l’illustre au moyen de six règles d’or : manger et boire avec modération, dormir et prendre de l’exercice selon une juste mesure, prendre soin de la pureté de son âme et de son corps. 
  • La discrétion est comparable à un homme d’affaires averti, qui vend de la marchandise de qualité à un prix raisonnable. 
  • La discrétion est comparable à un beau mois de mai, qui apporte la joie et des fruits en abondance. 
  • La discrétion est la mère de toutes les valeurs.

Wighard STREHLOW, La guérison du corps et de l’esprit selon Hildegarde de Bingen, Saint-Jean-de-Braye, 2002, Editions Dangles, p. 163-164.