La fève est chaude, bonne à manger pour les gens en bonne santé et en pleine force ; elle est meilleure que le pois. En effet, si des malades mangent de la fève, elle ne provoque pas autant d’écoulements en eux que le pois. La farine de fève est bonne et utile pour le bien-portant comme le malade, car elle est légère et se digère facilement. Celui qui souffre des intestins fera cuire des fèves dans de l’eau, en y ajoutant un peu de graisse ou de l’huile ; il ôtera les fèves, avalera le bouillon chaud ; il le fera souvent, et ainsi se soignera l’intérieur du corps. 

Celui qui souffre de douleurs brûlante, de démangeaisons et d’ulcères, quelle qu’en soit la nature, prendra de la farine de fève ; qu’il ajoute un peu de graine de fenouil réduite en poudre, et qu’il pétrisse cela dans de l’eau avec un peu de farine de froment, jusqu’à ce que la préparation devienne consistante. Qu’il fasse sécher, au feu et au soleil, ces petits emplâtres qu’il placera souvent sur les zones malades, et ainsi il arrachera la douleur et sera guéri. 

Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, Physique, Les plantes, les éléments, les pierres et les métaux, Traduit du latin par Pierre Monat, Editions Jérôme Million, Grenoble 2002, p. 36.

Feve