Le lupin est froid. Si on souffre des entrailles au point d’être pour ainsi dire tout gonflé de l’intérieur, réduire le lupin en poudre, ajouter un peu de pain écrasé avec un peu de graine de fenouil ou du suc de livèche. Faire cuire avec de l’eau en guise d’aliment, et manger assez chaud. Répéter souvent, et on guérira les entrailles du malade.  

Hildegarde de Bingen, Le livre des subtilités des créatures divines, Physique, Les plantes, les éléments, les pierres et les métaux, Traduit du latin par Pierre Monat, Editions Jérôme Million, Grenoble 2002, p. 37.